Monde de l'enfance·Peluches et doudous

Réminiscences d’enfance

Enfants, ma petite sœur et moi adorions inventer toutes sortes de récits d’aventures, mettant en scène animaux parlants, poupées magiques et sorcières maléfiques. J’étais convaincue que les jouets prenaient vie une fois la lumière éteinte – merci Pixar et sa fabuleuse trilogie Toy Story –, de telle sorte que j’avais imaginé toute une communauté pour le bien-être des jouets.

Chaque pièce de la maison représentait un pays, ou plus exactement une « île ». Ma chambre s’appelait « L’île Bleue », celle de ma sœur – située à l’étage – « L’île du Soleil ». La mission principale de nos héros favoris était de retrouver leurs proches et leurs familles sans que le Roi de l’île Bleu – Le Dieu Râ – et les sentinelles – des poupées de porcelaine postées sur de hautes étagères – ne les surprennent dans leur fuite. Il était formellement interdit de quitter, même temporairement, son île « natale », au risque de se faire repérer par les humains. Les règles de « L’île du Soleil » étaient toutefois moins strictes, mais le voyage n’en demeurait pas moins périlleux, puisque les jouets devaient effectuer une longue et pénible traversée, en empruntant les escaliers et le couloir principal de la maison.

Notre fine équipe se composait d’un chien beau-parleur, d’un lapin protecteur, de chats espiègles et de poupées maladroites signés Moulin Roty – une marque française de jouets pour enfant et d’articles de puériculture au style ancien, créée en 1972. Gourmands, et surtout prévoyants, nos aventuriers emportaient toujours tout un tas de victuailles dans leur baluchon. Mon préféré – le doudou de ma sœur – était ce grand lapin, Sylvain, accompagné de son petit frère, qui malheureusement n’existe plus.

Et c’est tout à fait par hasard que je suis tombée sur une boutique de jouets dans le Vieux Nice, rue du Pont Vieux, « Le coin des mômes », une enseigne Moulin Roty. Une véritable caverne d’Ali Baba ! J’y ai retrouvé nos vieux compagnons de jeux, et me suis empressée d’adopter le petit frère de Sylvain, renommé Oscar. Des oreilles tombantes, une queue toute ronde, un maillot de corps joliment désuet, les tout-petits de La Grande Famille sont à craquer. L’histoire ne fait que commencer…

  • Sylvain, les tout-petits de La Grande Famille
  • Dimensions : H 20 cm
  • Prix : 15,90 €
  • Matières : Corps en jersey velours, maillot en coton
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s